Accueil Archives Statuts 1862
  • La Cible - Sembrancher
  • La Cible - Sembrancher
  • La Cible - Sembrancher
  • La Cible - Sembrancher
  • La Cible - Sembrancher
  • La Cible - Sembrancher
  • La Cible - Sembrancher
  • La Cible - Sembrancher
  • La Cible - Sembrancher
  • La Cible - Sembrancher
Statuts 1862

Règlement à observer dans la confrérie des mousquetaires du jeu de cible de la commune de St Brancher


Art. 1
Tous les deux ans à la clôture du tirage, il sera procédé à la nomination d’un capitaine, d’un lieutenant et d’un secrétaire à la majorité des suffrages.

Statuts La Cible 1862, articles 1 à 3Art. 2
C’est un arrêt anciennement pratiqué qu’un père ayant plusieurs enfants mâles : l’aîné héritera le droit de confrérie moyennant un petit écu et un quarteron de vin, les filles et les collatéraux en étant exclus.

Art. 3
Le capitaine présentera le dernier dimanche du tirage ses comptes sur le jeu ou il fixera un autre jour dans le laps d’un mois lors de l’échéance de son capitanat ; s’il ne le fait pas au terme prescrit, il sera passible de l’intérêt de son résidu.

Art. 4
Nul ne pourra être agrégé au nombre des confrères qu’en y mettant autant que chaque autre confrère y a de fond et un « gouti » comme ceux ordinaires de la cible.

Art. 5
Le secrétaire écrira tous les noms des tireurs sur son livre du tirage, celui qui n’aura pas payé son « boëte », avant que la moitié des coups fussent tirés, sera « forclu » [exclus] du jeu pour ce jour ; à moins qu’il ait obtenu un permission spéciale du capitaine ou du lieutenant et dont mention en sera faite avant le tirage (au secrétaire).

Art. 6
Le capitaine fera dire une grande messe et grands offices le jour du glorieux St-Hubert pour le soulagement des confrères décédés, à laquelle cérémonie tous les confrères sont indispensablement obligés d’assister, sous peine d’encourir l’amende de six batz.

Art. 7
Le secrétaire et marqueur prêteront serment entre les mains du capitaine, en présence de tous les confrères.

Statuts La Cible 1862, articles 4 à 12Art. 8
Tout sociétaire ou non-sociétaire étant l’auteur d’une querelle sera passible d’amende à l’arbitraire du capitaine et de ses cosociétaires.

Art. 9
Nul tireur n’amorcera son fusil sans avoir fait battre la caisse ou tel autre signal usité, à moins d’encourir l’amende de sic batz et nullité de son coup.

Art. 10
Le tireur a qui le feu aurait manqué trois fois sera tenu de faire place à celui qui est en loge et de se mettre à l’écart pour arranger son arme.

Art. 11
Le mousquetaire qui se permettra de tirer sans avoir acquitté son « boite » [dû] au secrétaire perdra ses coups.

Art. 12
Qu’aucun tireur ne s’avise de charger deux balles sous peine de nullité de son coup, ni de coucher son arme contre la société, sous peine, dans ce dernier cas, d’encourir l’amende de trois batz.

Art. 13
Quiconque se permettra de toucher le fusil d’un autre sans l’assentiment de celui auquel l’arme appartient encourra l’amende de deux batz.

Art. 14
Que chaque mousquetaire, après avoir lâché son coup, le déclare au secrétaire avant que son suivant ait tiré, sous perdition du coup s’il a touché et de deux batz s’il a manqué.

Art. 15
Nul tireur ne se rendra près du marqueur sans la permission du capitaine, sous peine d’une amende de deux batz.

Art. 16
Toute personne qui entrerait à la loge au moment que le tireur l’occupe encourra l’amende de deux batz, exceptant toutefois celle qui s’y rendrait pour amorcer et préparer l’arme du mousquetaire qui est en jeu.

Statuts La Cible 1862, articles 13 à 21Art. 17
Le sociétaire soit telle autre personne qui interviendrait au jeu ne pourra s’appuyer contre les colonnes soit tel autre appui de la loge lorsqu’il enjouera son arme, sous peine de nullité de son coup.

Art. 18
Le capitaine sera tenu de rendre compte des charivaris et passations échues de son temps, ainsi que des intérêts et de toutes les entrées à faire au nom de la société.

Art. 19
La fleur ne pourra s’obtenir qu’une fois par an. Elle s’héritera des uns aux autres et celui qui par son coup la mériterait une seconde fois sera renvoyé au premier prix des boëtes et ainsi successivement.

Art. 20
Nul tireur sera admis au tirage étant reconnu par le capitaine chargé de vin.

Art. 21
Il a été arrêté par la société que le nombre des tirages est fixé à dix dimanches et que l’ouverture s’en fera annuellement le dimanche de Quasimodo.

Art. 22
Trois frères seront « creïs » fiscaux du tirage et obligés par leur serment de révéler au capitaine toutes les contraventions commises pour que le défaillant subisse les conséquences du présent règlement, sous peine de supporter eux-mêmes les fautes qu’ils cacheront.

Art. 23
Tous les membres de cette société sont tenus d’assister à la sépulture d’un confrère décédé, sous peine d’une amende de six batz.

Art. 24
Tous les confrères se procureront un cordon bleu céleste sans lequel ils ne pourront assister ni au tirage ni au gouti sous peine d’encourir une amende de trois batz. Cette ordonnance est prescrite pour toutes les réunions auxquelles les confrères seraient appelés en corps.

Statuts La Cible 1862, articles 22 à 29Art. 25
Nul arrêté ne pourra se p[…]ter sauf à la St-Hubert, toute délibération émanée de la société à d’autre époque, hors de celle ci-dessus mentionnée sera regardée pour nulle et non avenue.

Art. 26
Les « boetes » seront de deux batz pour la Bonne et d’un batz et demi pour la repentance. Il sera prélevé dans les fonds chaque jour de tirage vingt batz pour la Bonne et dix pour la repentance, ce qui, étant joint aux « boëtes » de chaque jour, constituera les prix à répartir entre la moitié des tireurs prenants.

Art. 27
Les « goutis » se feront alternativement par les confrères présents à Sembrancher, ainsi que par les autres forains qui fréquenteraient le tirage.

Art. 28
Un confrère domicilié à Sembrancher qui par suite d’une maladie, soit telle autre infirmité, ne pourrait encourir au tirage sera exempt de donner le « gouti », à moins qu’il n’ait assisté à ceux de ses confrères dès l’époque qu’il a donné le sien, dans ce cas l’exemption lui est retirée.

Art. 29
Un confrère non domicilié à Sembrancher pourra, moyennant être invité par le confrère qui traite, assister au « gouti » sans être tenu de traiter à son tour les confrères de la société, exceptant toutefois le cas où il fréquenterait le tirage.

Art. 30
Les dimanches soit simples fêtes dans les quilles, les vêpres se délibèreront avec la messe, le tirage s’ouvrira à deux heures précises de l’après-midi et dans le cas où elles seraient renvoyées à l’après-midi, l’ouverture s’en fera immédiatement après la cérémonie.

Art. 31
La fête de St-Hubert se célébrera annuellement avant la Ste-Catherine. Le capitaine devra prévenir huit jours avant ladite fête le confrère auquel touchera le tour du « gouti » ; et si pour ledit jour, il ne l’a pas fait, le capitaine le fera faire à ses frais, le confrère auquel touchera le tout du « gouti » augmentera la ration de vin à une bouteille chaque convive, il ajoutera pareillement aux plats usités un ragoût, cette augmentation sera supportée et soldée par le capitaine en office au nom de la société.

Statuts La Cible 1862, articles 30 à 34Art. 32
La fête de la St-Hubert s’annoncera à l’église par le Révérend Curé le jour que le capitaine l’ordonnera. Ledit jour, tous les confrères se rendront chez le capitaine [une] demi-heure avant le commencement de l’office pour se rendre de là en corps à l’église. Celui qui ne fera pas droit à cette ordonnance payera l’amende de deux batz.

Art. 33
Nul tireur de pourra concourir au tir de la repentance à moins qu’il n’ait mis son « boëte » à la Bonne, sauf qu’il soit sociétaire. Cet article concerne spécialement les étrangers et non les sociétaires.

Art. 34
Celui qui étant étranger à la société voudrait concourir au tirage, versera entre les mains du secrétaire quatre batz pour la Bonne, dont cinq se prélèveront pour indemniser le confrère qui traitera ledit jour et trois batz pour la repentance.

Art. 35
Les cibles destinées au service des confrères seront blanchies tous les jours de tirage et ne pourront s’exposer avant l’ouverture du jeu. Elles ne pourront avoir moins de trois pieds de diamètres.

Art. 36
Le non-sociétaire qui se permettrait d’outrager des confrères par des railleries, soit tels autres procédés déplacés, sera expulsé du tirage et ne pourra plus s’y présenter.

Statuts La Cible 1862, articles 35 à 41Art. 37
Il a été arrêté par la société de substituer à la fleur usitée jusqu’à la date un drapeau que le tireur ayant obtenu la fleur portera comme marque distinctive et en « évitation » de bouquet ; le tireur qui ne trouvera pas dans les rangs lors du départ du tir pour accompagner le drapeau payera l’amende de cinq batz. Il a été aussi statué que le départ aura lieu de la place de tir immédiatement après la vérification des prix de la repentance.

Art. 38
Il se fera annuellement au soin du capitaine en office trois « goutis » aux frais de société. Le premier aura lieu le jour [de] la fête de St-Hubert. Se délibérera le second le premier jour du tirage de chaque année et le troisième le dernier du tirage.

Art. 39
Le capitaine en office payera annuellement sur le jeu, le dernier jour du tirage, en espèce les prix que chaque tireur aura obtenu pendant l’année. Par contre ceux qui doivent des intérêts à ladite société devront les acquitter ledit jour.

[Articles ultérieurs]
Art. 40
Les prix seront payés en étain et non en numéraire à la fin du capitanat de chaque capitaine.

Art. 41
Dorénavant, la cible sera compassée par numéro en prenant le premier numéro au centre et on joindra les numéros des deux coups de la Bonne ensemble ; pour la dévolution des prix de chaque dimanche le même chose sera usitée pour le coup de la repentance, soit le coup le plus rapproché du point central obtiendra le premier prix.

Statuts La Cible 1862, article 42Art. 42
Il a été arrêté par la majorité des confrères qu’à l’avenir les confrères qui auront des prétentions sur les tirages, soit des prix, il leur est facultatif de se faire servir chez un ferblantier dans les divers assortiments de son magasin.

Art. 43
A l’avenir, les prix se donneraient en numéraire chaque deux ans, le dernier sera au tir sur le jeu jour de l’échéance du capitaine. Par contre, ceux qui doivent des intérêts devront les acquitter ledit jour.

Art. 44
La « boite » pour les sociétaires et de quarante centimes, c’est dire vingt à la Bonne et autant à la repentance.

Statuts La Cible 1862, articles 43 à 45Art. 45
Les prix seront en meubles à prendre chez un quincailler ou ferblantier. Il est facultatif aux confrères de demander les meubles qu’ils leur conviendront pour autant qu’ils ont en font du prix du tirage.

Art. 46
1) Les dimanches d’ouverture et de clôture du tir, tous les membres de la société devront se rendre à la maison de la cible d’où le cortège se dirigera, musique en tête et drapeau déployé, vers le local où aura lieu le goûter.
2) Le jour de la St Hubert, tous les confrères se réuniront chez le capitaine pour partir en corps à l’église pour entendre les offices habituels et se placer ensemble à l’église aux bancs de la principale nef.
3) Tous les confrères qui ne se conformeront pas à la présente décision seront passibles d’une amende de un franc qui sera placé en vin.

Donné le 19 novembre 1861

Statuts La Cible 1862, articles 46 à 47Art. 47
Les fiseaux et le marqueur sont tenus d’aller sonner demi-heure avant les offices ensuite se rendre chez le capitaine pour partir en corps.

Fait le 26 novembre 1862